Interviews Reportages Saut d'obstacles

Portrait : L’incroyable Tobago Z vu par son groom, Sean Lynch !

1G6A1035

S’il est un nom qui a marqué les esprits cet hiver sur le circuit Coupe du Monde, c’est bien celui de Tobago Z. Celui qui porte désormais le préfixe « Scuderia 1918 » n’a eu de cesse de faire étalage de tout son talent cette saison, décrochant pas moins de sept classements sur les huit épreuves majeures qu’il a courues ! Riche de ses deux victoires à Madrid, puis à Bordeaux, l’étalon alezan a accumulé soixante-huit points sur le circuit Coupe du Monde. En outre, Tobago s’est payé le luxe de se classer dans les Grands Prix d’Amsterdam, Leipzig, et Vérone, ainsi que dans les play-offs de la Global Champions League à Prague et dans le Top 10 du CHI de Genève. À ce palmarès bien garni vient s’ajouter sa récente quatrième place dans le très difficile Grand Prix de ‘s-Hertogenbosch. Sean Lynch, le groom de Tobago a accepté de dévoiler son crack.

Tobago et son groom à Lyon en 2018. © Mélina Massias / Dans La Foulée

Tobago et son groom à Lyon en 2018. © Mélina Massias / Dans La Foulée

Il y a trois ans, en 2016, Tobago franchit les portes des écuries Stephex. « Il est entré dans le système de Daniel (Deusser, ndlr) mais je n’aurais jamais pensé qu’il serait si incroyable », confie d’entrée son fidèle groom. Le photogénique alezan fait progressivement ses classes, sous les selles de Daniel Deusser et Jonna Ekberg. Très régulier, Tobago progresse à chaque sortie et ne tarde pas à truster le haut des podiums. Pour preuve, sa victoire dans le Grand Prix de la ville d’Oslo en 2017. « Quand il est arrivé, je n’étais pas impressionné, plaisante Sean. Sa crinière partait dans tous les sens, il n’aimait pas qu’on le pionte ou qu’on lui brosse la tête. C’était une catastrophe ! Mais heureusement, il a changé. » Le fils de Tangelo van de Zuutheove avec une mère par Mr Blue « ne saute pas beaucoup à la maison et adore sortir en main et brouter », explique son groom. Malgré son statut d’étalon, Tobago ne pose pas de souci : « A la maison comme en concours il est parfait. Il est parfois un peu excité quand il arrive en concours mais il n’est jamais ingérable », poursuit Sean.

Tobago Z et Daniel Deusser à l'entrée de piste du mythique stade de la Soers, à Aix La Chapelle, en 2018. © Mélina Massias

Tobago Z et Daniel Deusser à l’entrée de piste du mythique stade de la Soers, à Aix La Chapelle, en 2018. © Mélina Massias

Amené progressivement au plus haut niveau, Tobago atteint tout son potentiel cette année, particulièrement sur le circuit Coupe du Monde. De retour en concours après plusieurs semaines de pause, l’attachant alezan est le premier à signer le sans faute dans le difficile Grand Prix de ‘s-Hertogenbosch, dimanche 17 mars. « J’ai regardé les premiers parcours et j’ai pensé « oh mon Dieu, ça va être difficile.. », raconte Sean. Pendant la détente, j’ai vu que même les meilleurs chevaux n’étaient pas sans faute et j’ai commencé à devenir vraiment nerveux ! » Et de confesser « Et oui, j’ai peut-être pleuré un peu après son sans faute. Il est comme mon enfant,  je suis vraiment très attaché à lui ».

Sean Lynch garde toujours un oeil sur son protégé, ici à Aix La Chapelle en 2018. © Mélina Massias

Sean Lynch garde toujours un oeil sur son protégé, ici à Aix La Chapelle en 2018. © Mélina Massias

À quelques semaines de la finale du circuit Coupe du Monde, Tobago fait office de favori, même si Sean ne veut pas y penser pour l’instant : « Je deviens très nerveux, je ne parle plus, je bois trop de café et je fume trop de cigarettes ! J’aimerais penser qu’il donnera le meilleur de lui-même – et je sais qu’il y met toujours tout son cœur et fait de son mieux. Mais tout peut arriver, c’est le sport »

Tobago en route pour une nouvelle victoire dans le Grand Prix Coupe du Monde 2019 du Jumping de Bordeaux ! © Mélina Massias / Dans La Foulée

Tobago en route pour une nouvelle victoire dans le Grand Prix Coupe du Monde 2019 du Jumping de Bordeaux ! © Mélina Massias / Dans La Foulée

« J’aimerais croire qu’on a un lien très, très fort tous les deux », conclut Sean. Nul doute que l’étalon et son groom entretiennent une relation fusionnelle, et que l’amour que porte ce dernier à son précieux Tobago a largement contribué aux nombreux succès de l’alezan !

ph. : Tobago Z lors de sa victoire dans le Grand Prix Coupe du Monde de Bordeaux en 2019 © Mélina Massias / Dans La Foulée

Vous aimerez peut-être