Elevage Interviews Saut d'obstacles

« L’histoire de Quolita Z, c’est l’histoire d’une vie » Anja Aerts

QuolitaCollage

Le neuf juin 2006, un poulain pas comme les autres naissait du côté de Beatrixweg, aux Pays-Bas. Jolita, la jument d’Anja et Riche Aerts, donnait prématurément naissance à une pouliche baie lilliputienne, une fille de Quasimodo Z. Depuis, Quolita Z est toujours petite mais elle impressionne par sa grandeur sur les pistes de concours. Du haut de son mètre cinquante-trois, la complice d’Harold Boisset n’a peur de rien et enchaine les plus gros parcours avec une détermination impressionnante. Alors qu’elle n’y était pas prédestinée, Quolita Z joue aujourd’hui dans la cour des grands et quelque chose nous dit que nous n’avons pas fini d’en entendre parler. Sa naisseuse, Anja Aerts, a accepté de nous raconter l’incroyable histoire de ce petit bout de jument devenu grand.

Anja Aerts : « Voilà l’incroyable histoire de Quolita. Née prématurément, elle était tellement petite que mon mari plaisantait en disant que nous avions payé une saillie pour n’obtenir qu’un demi cheval ! Nous disions que nous avions un cheval miniature, un Falabella !  Mais finalement, nous étions d’accord pour dire que notre Falabella était vraiment très belle. Néanmoins, nous nous demandions comment elle évoluerait. Lorsque Quolita était encore toute jeune, sa mère sautait les clotures pour aller brouter dans les prés voisins. La pouliche aurait pu paniquer, mais elle restait très calme avec les autres et leurs mères en attendant que la sienne ne revienne.»

La toute jeune et minuscule Quolita Z, aux côtés de sa mère Jolita en 2006.© Collection privée

La toute jeune et minuscule Quolita Z, aux côtés de sa mère Jolita en 2006.© Collection privée

«Nous avons d’abord voulu la vendre lors d’une vente aux enchères organisée par Zangersheide mais les juges ont refusé de la prendre à cause de sa petite taille. Alors qu’elle n’avait que quelques mois, nous la cédions à Rikke Hastrup. Il venait au départ pour sa demi-soeur, Quasi Fomia Z, mais il est finalement reparti au Danemark avec elle et Quolita. Je demandais des nouvelles de la jument chaque année pour savoir comment elle évoluait et se portait. Un jour, j’ai reçu un e-mail me disant que Quolita était morte alors qu’elle se remettait d’une opération. Évidemment, c’est vraiment quelque chose que l’on ne souhaite pas, particulièrement quand c’est un cheval que l’on a élevé. À partir de ce jour, je pensais donc que Quolita avait disparu.

QuolitaFoal2Plus tard, quelle ne fut pas ma surprise de la voir dans le « Z magazine » (un magazine consacré au studbook Zangersheide, le studbook dont Quolita est issue, ndlr) ! Une amie Irlandaise m’avait appelée pour me féliciter : « Félicitations, Quolita est le phénomène du mois ! ». À partir de là, j’ai tenté d’en savoir plus et de connaitre le nom de ses nouveaux propriétaires.

Après avoir parlé à Erik de Winter, la mystère était en partie résolu. À deux ans et demi, Quolita avait été vendue dans un groupe de chevaux aux Pays-Bas où elle a été inséminée par un étalon dont j’ignore le nom. Le marchand de chevaux belge Erik de Winter l’a alors achetée, sans savoir qu’elle était pleine.»

Quolita Z réalisait un sans faute lors de son tout premier Grand Prix 5* à Paris en juillet dernier. © Maria Guinamant - Dans la foulée

Quolita Z réalisait un sans faute lors de son tout premier Grand Prix 5* à Paris en juillet dernier. © Maria Guinamant – Dans la foulée

Plus tard en 2012, la fille de Quasimodo Z était acquise par le Centre Equestre de Grammont. Peu après, Quolita donnait naissance à un poulain malheureusement décédé quatre mois après sa naissance. « À l’époque, ses propriétaires ne se doutaient pas qu’elle disposait d’une telle qualité. Pour moi, au delà de la qualité intrinsèque, c’est avant tout la notion de couple qui est primordiale et Harold (Boisset, ndlr) est un excellent cavalier qui a amené Quolita où elle en est de la meilleure des manières. J’ai pu discuter avec Sophie Della Valle (directrice du Centre Équestre de Grammont, ndlr) qui m’a confié que Quolita comptait beaucoup pour elle. »

Si Quolita Z a quitté les Pays-Bas il y a déjà plus de dix ans, sa mère, Jolita y est toujours dans les près d’Anja Aerts. « Jolita profite du paddock chaque jour. Elle aura vingt-six ans en avril mais elle sort quotidiennement, même en hiver. C’est vraiment une jument particulière avec beaucoup de personnalité. Parfois lorsque nous la sortons au pré et qu’elle n’est pas satisfaite, elle nous tire vers un autre paddock qu’elle préfère ! En concours, elle était très régulièrement sans faute avec le temps le plus rapide. Pour elle, une seule chose comptait c’était d’aller le plus vite possible dès la ligne de départ, sans toucher la moindre barre.»

L’éleveuse de la petite pépite baie nous a également parlé du métier d’éleveur et a évoqué l’importance de Quolita dans sa vie. « Vous savez, nous ne sommes que des éleveurs, nous sommes donc obligés de vendre les poulains chaque année. Lorsque nous nous en séparons, nous espérons vraiment qu’ils trouvent les bons propriétaires afin qu’ils aient le plus de chances de réussir, quelle que soit la discipline. Nous avons vendu des chevaux dans le monde entier et ce qui nous rend vraiment heureux c’est de les voir réussir avec leurs nouveaux propriétaires. Mais l’histoire de Quolita Z, c’est l’histoire d’une vie, elle restera à part. Celle de sa mère est vraiment spéciale aussi. Je compte raconter cela dans un livre d’ici quelques années. Jolita n’a pas toujours été bien traitée par son ancien cavalier et nous avons eu du mal à la récupérer, cela s’est terminé au tribunal… ».

«Une histoire comme celle de Quolita Z, ça n'arrive qu'une fois dans une vie !» nous confiait Anja Aerts © Collection privée

«Une histoire comme celle de Quolita Z, ça n’arrive qu’une fois dans une vie !» nous confiait Anja Aerts © Collection privée

Anja Aerts nous a par ailleurs fait part qu’un demi-frère de Quolita était sur le marché : « Un demi-frère de Quolita par Galisco du Mesnil a deux ans et demi et il est à vendre…à cause de sa taille ! Il mesure 1m52… » Et pourtant, Quolita Z nous a bien démontré que le talent, ça n’est pas une histoire de taille !

QuolitaFoal5

Même si à l’âge où elle tétait encore sa mère Quolita Z ne semblait pas avoir le profil d’une future championne, elle a aujourd’hui prouvé que les sceptiques avaient tort. © Collection privée

Photo principale : Dix ans séparent ces deux photos de Quolita Z, des près de Beatrixweg aux pistes de 5*. © Collection privée et Maria Guinamant – Dans la foulée 

Vous aimerez peut-être