Interviews Reportages Saut d'obstacles

Jeroen Dubbeldam : « Un nouveau départ ! »

26220134_10155934542107305_2778231324515512524_n

Après une année 2017 en dents de scie, Jeroen Dubbeldam semble être fin prêt pour attaquer 2018. Sûr et certain de conserver son fidèle crack SFN Zenith jusqu’à ses vieux jours depuis début décembre, le Néerlandais a déjà en ligne de mire les championnats du monde de Tryon. « Un nouveau départ » dit-il, qui promet de belles émotions.

Début décembre, l’entreprise coopérative SFN II a annoncé officiellement le rachat de SFN Zenith, monture de Jeroen Dubbeldam qui appartenait à leur ancienne filiale, SFN. Une nouvelle qui a su redorer l’image d’une année 2017 difficile pour le cavalier, anxieux de voir partir le meilleur cheval de sa carrière. Le Néerlandais s’est confié à l’occasion du CHI de Genève. « J’ai appris la très bonne nouvelle cette semaine que j’allais pouvoir continuer à monter Zenith jusqu’à la fin. Le plan, depuis quelques mois, était qu’il soit vendu, mais les choses ont changé. Je vais pouvoir recommencer à prévoir et planifier ses sorties, comme avant. C’est un peu comme un nouveau départ, parce que nous nous tenions éloignés de la scène ces derniers mois. Nous avons vécu une année difficile tous les deux, donc nous reprenons nos marques. Zenith est très expérimenté et bien sûr, les Championnats du Monde sont l’objectif principal cette année. »

26169692_10155934542467305_246413913956317704_n

Pour se préparer pour l’échéance principale de 2018, le Néerlandais participera surtout aux Coupes des nations ainsi qu’au Rolex Grand Slam, dont une étape à domicile a été rajoutée en mars dernier. « Déjà, le concours de ‘s-Hertogenbosch dans le Rolex Grand Slam est un très bon choix, notamment parce que c’est aux Pays-Bas ! (rires) Le concours est fantastique, avec de belles installations, et les spectateurs sont incroyables et très connaisseurs ! Cela fait déjà tant d’années que ce concours est réputé, et il y a toujours du beau sport. Cela équilibre en plus le circuit, avec deux Majeurs extérieurs à Aix-la-Chapelle puis Calgary, et deux intérieurs à Genève et ‘s-Hertogenbosch. Je suis très heureux. Chaque concours est différent et a son propre charme. À Genève par exemple, les installations et la piste sont énormes, plus que ‘S-Hertogenbosch. Mais ‘s-Hertogenbosch est très spécial. La piste est plus petite certes, mais les tribunes sont toujours remplies, et les spectateurs sont vraiment des gens de chevaux. Cela doit être le concours où il y a le plus de cavaliers dans le public. C’est ce qui rend le concours si spécial je pense. »

26219109_10155934542742305_3600159794550778810_n

À l’heure des grandes modifications en termes de règlements, de sponsors ou de circuits, Jeroen Dubbeldam reste le même fervent défenseur de son sport. Attaché au respect du cheval et du sport lui-même, sans bannir les évolutions inhérentes, le Néerlandais n’a d’ailleurs pas hésité à voter pour Kevin Staut pour l’élection du International Jumping Riders Club. « Ce n’est pas une question de défendre mon sport, je ne sais pas si on doit le dire comme ça. Premièrement, c’est très important de ne pas oublier de rester passionné. Nous avons tous commencé l’équitation quand nous étions jeunes, en tant que loisir ou passion. Nous voulons et pouvons profiter de notre sport, dans le bon sens du terme, et c’est très important de le montrer en piste. C’est le meilleur moyen d’être un bon ambassadeur de notre sport. La passion est le mot clé ! Nous devons donner le meilleur de nous-mêmes à chaque fois. »

Propos recueillis par Yeelen Ravier

Vous aimerez peut-être