Concours complet Dressage Saut d'obstacles

Ils vont nous manquer en 2018…

Sans titre

L’année 2017 s’est terminée et laisse derrière elle de nombreux souvenirs. De beaux moments de sport empreints d’émotion sont venus marquer cette année au fil des compétitions. Ces moments-là, ce sont les chevaux qui nous les offrent. Pour certains d’entre eux, 2017 a marqué un coup d’arrêt à leur carrière sportive ou, plus malheureusement encore, à leur vie… Nous ne les recroiserons donc plus en 2018, et pourtant, nous ne les oublierons pas : 


Big Star

13230130_1263222820436584_722854363096491206_n

Le 14 mai 2017, Big Star et son cavalier Nick Skelton effectuaient un dernier tour de piste, devant leur public, lors d’une cérémonie organisée par le CSI 5* de Windsor. L’étalon KWPN de quatorze ans, fils de Quick Star et petit-fils de Nimmerdor, restera pour toujours dans l’Histoire des sports équestres grâce à ses deux médailles d’or olympiques : une par équipes à Londres et celle, individuelle, des Jeux de Rio. Le bai s’était également imposé dans plusieurs Grand Prix, et en particulier le mythique Grand Prix d’Aix-la-Chapelle en 2013. Lors de l’annonce de sa retraite, Nick Skelton avait déclaré : « Big Star a donné tout ce qu’un cavalier pouvait lui demander et il est temps pour lui de se détendre et d’apprécier ses devoirs d’étalons. Pour ma part, j’ai toujours déclaré que lorsque Big Star arrêterait, je le ferai aussi. Ce sport m’a apporté beaucoup plus que je ne l’aurais imaginé ces quarante-trois dernières années et c’est une décision très difficile à prendre, mais je ne rajeunis pas et c’est bien que nous puissions tous les deux terminer sur la meilleure note possible. »


Casall Ask

18871089_10155280655822305_892874350_n

Fin mai, le complice de Rolf-Göran Bengtsson Casall Ask terminait sa carrière de la meilleure des manières. Seulement quelques heures avant sa cérémonie d’adieu, l’étalon de dix-huit ans s’imposait pour la toute dernière fois dans le Grand Prix d’Hambourg. Cette victoire s’inscrivait au sein d’un palmarès pour le moins fourni, puisque le fils de Caretino 2 a remporté quinze Grand Prix durant sa carrière entre 2010 et 2017, et totalise vint-six podiums en Grand Prix 5* ! Si l’on ne recroisera plus l’Holsteiner sur les terrains de concours en 2018, ses produits continuent de s’illustrer sur les plus belles pistes au monde, à l’image de Casallo Z, Chesall Zimequest, Caracas ou encore Cristallo LM.


Don Juan de Hus

donjuan

© Haras de Hus

En août dernier, nous apprenions la triste disparition de Don Juan de Hus, à l’âge de seulement neuf ans. Né aux Pays-Bas, ce KWPN par Jazz et Krack C fut sacré champion de France à quatre ans avec l’excellente moyenne de 93.639%, notamment grâce à un trot et un galop exceptionnels notés à 10 et 9.8 dans la finale. L’année suivante, il s’était fait remarquer aux championnats du monde de Verden où il terminait sixième de la finale des cinq ans avec le score de 16.840. En 2014, Don Juan de Hus effectuait sa toute dernière apparition en compétition à Vierzon, où il remportait la préliminaire des six ans avec 81.400% et terminait quatrième de la finale avec 78.800%. L’étalon excellait également dans son rôle de reproducteur, puisque trois de ses fils avaient brillé cet été aux championnats des 5 ans à Ermelo.


Baloubet du Rouet

Véritable légende du saut d’obstacles, le Selle Français Baloubet du Rouet s’est éteint cet été à vingt-huit ans. Ancien complice de Nelson Pessoa mais surtout de son fils Rodrigo, il réalise un triplé historique en remportant consécutivement les finales Coupe du Monde d’Helsinki en 1998, Göteborg en 1999 et Las Vegas en 2000. Médaillé de bronze par équipes aux Jeux de Sydney en 2000 puis champion olympique quatre ans plus tard en individuel, le fils de Galoubet A laisse derrière lui un palmarès pour le moins exceptionnel.


Cortes C

cortes-9142

Cortes C, le cheval de tête de Beezie Madden, profite d’une retraite sportive méritée. Blessé aux Jeux Olympiques de Rio, il avait été décidé en accord avec la propriétaire Abigail Wexner de mettre un terme à sa carrière en avril dernier. Le BWP de quinze ans restera notamment dans les mémoires pour son titre de meilleur cheval des Jeux Équestres Mondiaux de Caen en 2014, sans oublier ses victoires successives dans la King George Cup d’Hickstead en 2014 et 2015. Débuté sur la scène internationale par Grégory Wathelet, le hongre noir est devenu un des piliers de l’équipe américaine de saut d’obstacles. Grâce à lui, Beezie Madden décrochait le bronze en individuel et par équipes à Caen.


Espoir de la Mare

A vingt-cinq ans, l’ancien complice de Jean Teulère a disparu il y a quelques semaines. Si le bai avait seulement débuté sa carrière de complet à sept ans, il s’est paré d’or individuel aux Jeux Equestres Mondiaux de Jerez de la Frontera en 2002, avant l’or par équipes deux ans plus tard aux Jeux Olympiques d’Athènes. Depuis, aucun autre couple français n’a encore été sacré en individuel dans des Jeux Equestres Mondiaux.


Shear L’Eau

Autre grand nom du concours complet, Shear L’Eau nous a quitté à vingt-six ans après une longue et belle retraite chez son cavalier Leslie Law. L’étalon irlandais par Stan The Man s’était offert l’or olympique en individuel à Athènes et avait également fait partie des équipes championnes d’Europe à Punchestown et Blenheim au début des années 2000.


Chaman

© Ludger-Beerbaum.de

© Ludger-Beerbaum.de

Agé de dix-huit ans, Chaman a pris sa retraite cette année. Révélé au plus haut-niveau par Luciana Diniz, ce fils de Baloubet du Rouet a ensuite réalisé ses plus belles performances sous la selle du « Kaiser » pendant sept ans. De nombreuses fois, il a terminé sur le podium des plus difficiles Grands Prix 5* comme par exemple à Oslo, Hambourg, Estoril, San Patrignano, Stuttgart, Bordeaux, Hong-Kong ou encore Vérone. Toujours à ce niveau, il empochait les Grands Prix de Valkenswaard, du Saut Hermès à Paris et de Lausanne. Sur son site internet, Ludger Beerbaum expliquait : « Il aura 19 ans dans trois mois, donc c’est une excellente occasion de lui dire au revoir, à la maison ». Une cérémonie lui a en effet été dédiée à Riesenbeck fin septembre pour marquer ses adieux au sport.


Romanov

13173153_1263221730436693_8548849995528897186_o

A désormais vingt ans, Romanov profite de sa retraite sportive depuis déjà plusieurs mois. Débuté en internationaux par Phillip Spivey, l’alezan avait rejoint en 2011 les écuries de Billy Twomey avant celles de son élève Bertram Allen deux ans plus tard. Le fils d’Heartbreaker avait alors permis au jeune irlandais de se faire une place au plus haut niveau. Doté d’un palmarès bien étoffé, on se souvient notamment de la victoire du couple dans le Grand Prix Coupe du Monde de Bordeaux en 2015 ou encore dans le Grand Prix du LGCT de Paris la même année. Agile, souple et rapide, l’étalon était admiré à chacune de ses sorties. Il devrait donc à nouveau briller dans sa nouvelle carrière de reproducteur et peut-être dans quelques années verrons nous certains de ses produits suivre son chemin au plus haut niveau !


Lancet

L’étalon de dressage Lancet est mort fin décembre à vingt-quatre ans. Il avait marqué le dressage britannique en décrochant l’argent par équipes à domicile aux championnats d’Europe de Windsor avec sa cavalière Emma Hindle. Ensemble, le couple avait également pris part aux Jeux Olympiques de 2008 avec une septième place individuelle à la clé, ainsi qu’aux championnats d’Europe en 2005 et 2007, sans oublier les Jeux Équestres Mondiaux de 2006. Le fils de Wenzel avait terminé sa carrière à dix-huit ans après une ultime reprise dans le Grand Prix Freestyle du CDI d’Hickstead, où le public lui avait réservé une standing ovation.


Forlap

forlap

La carrière de Forlap s’est brutalement arrêtée au tout début du mois de décembre, lorsque le cheval de coeur de Gregory Wathelet s’est fracturé un antérieur alors qu’il travaillait à la longe. L’opération s’était ensuite déroulée avec succès, mais ne lui permettait pas de reprendre le chemin de la compétition. Passé sous la selle de nombreux cavaliers (Cassio Rivetti, Daniel Deusser, René Tebbel puis Laura Klaphake), c’est avec Gregory Wathelet que le hongre BWP s’est le plus illustré, avec comme point d’orgue leur 7ème place lors de la Finale Coupe du Monde d’Omaha en avril dernier, quelques mois après avoir retrouvé le bai dans ses écuries.


Carinjo HDC

Alors que sa dernière sortie en concours remontait en avril, l’étalon de seize ans Carinjo HDC a officiellement pris sa retraite sportive début décembre. Après avoir fait ses débuts sous selle allemande, le fils de Cascavelle avait rejoint Patrice Delaveau en été 2012. Le couple s’est rapidement entendu et remportait en septembre de la même année sa toute première épreuve ensemble. Le tricolore et son fidèle bai se sont illustrés sur les plus belles pistes du monde, et s’étaient notamment imposés dans le Grand Prix de Rotterdam en 2014.


Flexible

Il semblait inoxydable, mais Flexible a bien quitté le sport en 2017 à l’âge de vingt-et-un ans. Réputé pour sa grande longévité, l’étalon irlandais était aussi un grand habitué des finales Coupe du Monde puisqu’il y était présent chaque année entre 2009 et 2016, avec une victoire ‘s-Hertogenbosch en 2012. Fidèle partenaire de Rich Fellers, le fils de Cruising n’a jamais semblé souffrir de son âge, puisqu’il était victorieux à vingt ans d’une épreuve à barrage au CSI 4* de Thermal et se classait encore régulièrement en Grand Prix.


Cedric

Si son dernier concours remontait à juin 2016, Cedric a eu droit à sa cérémonie d’adieu en mars dernier à Wellintgon. Complice de Laura Kraut, il avait décroché l’or olympique en 2008 par équipes et avait fait retentir l’hymne américain à de nombreuses reprises, en particulier dans les Grand Prix 5* de Chantilly, Valkenswaard, Wellington, Lausanne, Wiesbaden et Ocala.


Simon

Comme ses compatriotes, Simon a tiré sa révérence cette année après un ultime concours à New Albany en septembre. Associé pendant près de trois ans à Jeroen Dubbeldam, le KWPN avait quitté les Pays-Bas juste après les championnats d’Europe de Madrid en 2011 où il avait pris la quatrième place par équipes et la sixième en individuel. Avec sa nouvelle cavalière Beezie Madden, qu’il ne quittera plus, le bai a remporté la finale Coupe du Monde de Göteborg en 2013. D’ailleurs, que ce soit sous couleurs néerlandaises ou américaines, le hongre s’est toujours classé dans le top 10 de ces championnats indoors lors de ses quatre participations !


Estoy Aqui de Muze HDC

La-Baule-0184-1080x720

Le Haras des Coudrettes avait annoncé en septembre la fin de la carrière d’Estoy Aqui de Muze*HDC, l’ancienne complice de Kevin Staut. Débutée en internationaux par Frédéric Bouvard, la fille de Malito de Rêve avait rejoint le piquet du normand en 2012. Ensemble ils se sont frottés à l’élite mondiale avec de belles performances à la clé comme leur troisième place dans les Grands Prix 5* de Hong-Kong en 2013 et Gijon en 2014 ainsi qu’une sixième place dans le Grand Prix Coupe du Monde de Malines en 2012. En Coupe des Nations, l’alezane a également très bien servi l’équipe de France avec notamment une deuxième place à Hickstead en 2013 ainsi qu’une troisième position à La Baule et Calgary la même année.


Cabrio van de Heffinck

A quinze ans, le fils de Cassini I a fait un dernier tour de piste à Malines, devant son public. Complice d’Olivier Philippaerts depuis son arrivée sur le circuit international, et ce malgré un très bref passage sous la selle de Marlon Modolo Zanotelli pour les championnats du monde des 7 ans en 2009, l’étalon gris restera surtout dans les mémoires pour avoir remporté le mythique Grand Prix de Calgary en 2012. Sacrés champions d’Europe Jeunes Cavaliers par équipes en 2011, Cabrio van de Heffinck et son cavalier avaient également pris part aux Jeux Equestres Mondiaux de Caen trois ans plus tard, cette fois sans succès. Comme de nombreux étalons retraités cette année, il se consacrera désormais pleinement à la reproduction, alors que certains de ses fils, comme Hector van d’Abdijhoeve , brillent déjà au plus haut niveau.


En 2018, nous n’oublierons pas non plus HH Carlos, Sterrehof’s Uppity, Cracker Jack, Luidam, De Niro, Clinton, Mic Mac du Tillard, Adventure De Kannan, Lebowski et bien d’autres…

Vous aimerez peut-être