Concours complet Dressage Saut d'obstacles

Ils vont nous manquer en 2017…

2017

L’année 2016 s’est achevée et laisse derrière elle de nombreux souvenirs, de beaux moments de sport empreints d’émotion. Ces moments-là, ce sont les chevaux qui nous les offrent, et certains d’entre eux ne fouleront plus jamais de piste de concours. C’est pourtant là où nous les découvrons, où nous fondons des espoirs pour leur futur, là où ils nous émerveillent. Nous ne les re-croiserons plus en 2017, et pourtant, nous ne les oublierons pas : 


Nino des Buissonnets

Nino des Buissonnets disait un dernier au revoir au public suisse le 11 décembre dernier. © Maria Guinamant – Dans la foulée

Le onze décembre dernier, c’est un fils de Kannan bien connu et très apprécié du public qui a dit adieu au sport. Nino des Buissonnets se retirait en effet de la scène internationale sur la piste de Palexpo, là où il remportait le Grand Prix en 2013 et 2015. Pourtant d’ordinaire très pudique, Steve Guerdat ne pouvait retenir ses larmes lors de ce moment d’émotion rare. Avec son Nino, le cavalier helvétique remportait l’or olympique à Londres en 2012. Ces deux là ont parcouru le monde et remporté de nombreux Grands Prix comme à Rio de Janeiro, La Baule, Genève ou encore Helsinki. Au sommet de sa forme du haut de ses quinze ans, Nino des Buissonnets profite désormais d’une retraite bien méritée.


Valegro

Valegro et Charlotte Dujardin sous l'oeil attentif de Carl Hester. © Lucas Tracol - Dans la foulée

Valegro et Charlotte Dujardin sous l’oeil attentif de Carl Hester. © Lucas Tracol – Dans la foulée

Le meilleur cheval de dressage du monde a lui aussi fait ses adieux en 2016, à l’occasion de l’Olympia Horse Show de Londres. Valegro est resté sur sa sublime performance des Jeux Olympiques de Rio où il remportait à nouveau l’or en individuel avec sa cavalière de toujours, Charlotte Dujardin. À quatorze ans, le fils de Negro a tout gagné, et ce en l’espace de seulement cinq ans. Alors qu’il faisait ses premiers pas en compétition internationale en 2011, avec une participation aux Championnats d’Europe de Rotterdam couronnée d’une médaille d’or par équipes, le hongre a marqué tous les esprits l’année suivante aux Jeux Olympiques de Londres en étant double médaillé d’or. Il est par la suite resté invaincu dans tous les grands championnats avec deux victoires en finale Coupe du Monde (2014 et 2015), deux titres en championnats d’Europe (2013 et 2015), deux aux Jeux Olympiques (2012 et 2016) et un aux Jeux Équestres Mondiaux (2014). Détenteur de cinquante-deux victoires internationales et des records du monde en Grand Prix, Grand Prix Spécial et Grand Prix Freestyle, Valegro a considérablement marqué l’Histoire du dressage mondial.


Orient Express*HDC

Orient Express*HDC et Patrice Delaveau à La Baule, terrain où ils s'imposaient en 2013. © Maria Guinamant - Dans la foulée

Orient Express*HDC et Patrice Delaveau à La Baule, terrain où ils s’imposaient dans le Grand Prix en 2013. © Maria Guinamant – Dans la foulée

C’est au début de mois de décembre lors des Longines Masters de Paris qu’Orient Express*HDC disait au revoir au sport. Privé de Jeux Olympiques de Rio pour méforme, le fils de Quick Star avait néanmoins remporté le Grand Prix de La Corogne fin juillet associé à son fidèle pilote, Patrice Delaveau. Plus tôt, le crack du Haras des Coudrettes s’était également imposé dans les Grands Prix de La Baule, Rotterdam, Helsinki ou encore Falsterbo. À quatorze ans, le bai se consacre désormais à sa carrière de reproducteur, un rôle qui avait été mis entre parenthèses ces dernières années afin de privilégier le sport. Côté sport, on retiendra surtout ses deux médailles d’argent lors des Jeux Equestres Mondiaux de Caen, en 2014.


Ornella Mail*HDC

Ornella Mail*HDC sur l'ultime obstacle qui la menait vers la victoire dans le Derby de La Baule en 2016. © Maria Guinamant - Dans la foulée

Ornella Mail*HDC sur l’ultime obstacle qui la menait vers la victoire dans le Derby de La Baule en 2016. © Maria Guinamant – Dans la foulée

Le même jour qu’Orient Express*HDC, sa voisine de box réalisait également un dernier tour de piste avant de rejoindre les prés normands. En effet, Ornella Mail*HDC faisait elle aussi ses adieux à la compétition après avoir remporté un nombre incalculable de victoires internationales. La fille de Lando s’est en effet imposée dans de nombreux derbys et épreuves intermédiaires. À son palmarès figurent d’ailleurs deux victoires du difficile derby de La Baule, en 2013 et en 2016.


Expo du Moulin

En mai dernier, Expo du Moulin s’éteignait à l’âge de vingt-quatre ans. L’exceptionnel compagnon d’Arnaud Boiteau profitait depuis cinq ans d’une retraite heureuse chez son cavalier. Tous deux avaient écrit quelques-unes des belles lignes du concours complet français en remportant notamment l’or olympique par équipes à Athènes en 2004. En 2003, 2005 et 2007, ils accrochaient l’argent par équipes aux Championnats d’Europe.


Silvana*HDC

Sa carrière s’est arrêtée à Genève en 2015, et pourtant c’est cette année à Bordeaux que Silvana*HDC a fait ses adieux au public français. Du haut de ses dix-sept printemps, la fille de Corland profite depuis un an déjà des prés verts de Normandie. Souvent décrite comme une princesse, elle aura servi l’équipe de France à de nombreuses reprises, notamment en décrochant l’argent par équipes aux Championnats d’Europe de Madrid et aux Jeux Equestres Mondiaux de Lexington. Un temps sous la selle de Jos Lansink puis associée à Kevin Staut dans ses plus beaux succès, la grise a notamment remporté les Grands Prix de Genève, Bordeaux, Paris ou même s’Hertogenbosch.


Nayana

Nayana en mai dernier à La Baule, sa dernière compétition. © Maria Guinamant - Dans la foulée

Nayana en mai dernier à La Baule, sa dernière compétition. © Maria Guinamant – Dans la foulée

C’est au CSIO 5* de France, à La Baule, que Nayana foulait une piste de concours pour la dernière fois. Un temps sous la selle de Patrice Delaveau puis associée à Pénélope Leprévost depuis 2011, la fille de Royal Feu se classait troisième du Grand Prix Coupe du Monde de Bordeaux en 2013, mais aussi de celui de Calgary la même année. La protégée du Haras de Clarbec a représenté la France de belle manière à de nombreuses reprises, et notamment lors de la Finale de la Coupe des Nations de Barcelone en 2013 où elle était le meilleur cheval de l’équipe tricolore.


Robinson de Lafont*de Massa

Cette année, le dressage français a perdu l’un de ses meilleurs chevaux. En mars dernier, Robinson de Lafont*de Massa succombait en effet à une crise de coliques à seulement onze ans. Sous la selle d’Arnaud Serre depuis quatre ans, l’étalon bai avait atteint le haut niveau et obtenait des notes avoisinant les soixante-dix pour-cent très régulièrement. Ensemble, le couple avait notamment représenté la France lors des Jeux Équestres Mondiaux de Caen en 2014 mais aussi aux Championnats d’Europe d’Aix-la-Chapelle en 2015.


Antello Z

Antello Z a marqué les pistes de compétition par son énergie et sa volonté. © Lucas Tracol - Dans la foulée

Antello Z a marqué les pistes de compétition par son énergie et sa volonté. © Lucas Tracol – Dans la foulée

L’année 2016 se débutait d’une terrible manière pour Cameron Hanley puisqu’il perdait Antello Z, son complice des Jeux Equestres Mondiaux de Caen. C’est lors du Jumping International de Liverpool que le fils d’Andiamo avait dû être euthanasié après une importante blessure survenue en piste. Pour l’Irlande, le couple avait notamment remporté le Grand Prix du CSI 3* de Donaueschingen mais aussi le Grand Prix Airbus de Chantilly en 2014.


Gotha FRH

Propriété de Madeleine Winter-Schulze, Gotha a été un des meilleurs représentants de l'écurie Beerbaum ces dernières années. © Maria Guinamant - Dans la foulée

Propriété de Madeleine Winter-Schulze, Gotha a été un des meilleurs représentants de l’écurie Beerbaum ces dernières années. © Maria Guinamant – Dans la foulée

En septembre, c’est Gotha FRH qui disait au revoir au sport après avoir parcouru le monde des années durant avec l’écurie Beerbaum. D’abord un temps associée à Ludger Beerbaum, l’alezane se classait seconde de la Finale de la Coupe du Monde de Genève en 2010 et remportait les Coupes des Nations de Falsterbo, de Rotterdam à deux reprises, et de Rome. Fin 2012, le kaiser allemand préférait la confier à son élève, le Suédois Henrik von Eckermann. Le couple s’est depuis imposé dans les Grands Prix de Malines, Estoril et Hong Kong. Tous deux participaient également aux derniers Jeux Equestres Mondiaux de Caen et s’adjugeaient le bronze par équipe à Herning à l’occasion des Championnats d’Europe. Deux ans plus tôt, la sensible Gotha décrochait l’or par équipes sous la selle de Beerbaum.


Vivant Vd Heffinck

Vivant vd Heffinck & Cassio Rivetti à Caen en 2014. © Maria Guinamant - Dans la foulée

Vivant vd Heffinck & Cassio Rivetti à Caen en 2014. © Maria Guinamant – Dans la foulée

C’est à l’âge de dix-huit ans que Vivant vd Heffinck a quitté les terrains de concours. Après un début de carrière sous la selle de l’Australien Chris Chugg, l’étalon BWP était acheté en 2011 par le milliardaire ukrainien Oleksandr Onyshchenko. D’abord monté par ce dernier puis par Katharina Offel, le bai réalisait ses plus belles performances avec Cassio Rivetti. Tous deux prenaient la huitième place individuelle des Jeux Equestres Mondiaux de Caen en 2014.


Lord de Theize

Propriété d'Edith Mézard, Lord de Theize avait parcouru les plus belles pistes du monde jusqu'en 2014. © Maria Guinamant - Dans la foulée

Propriété d’Edith Mézard, Lord de Theize avait parcouru les plus belles pistes du monde jusqu’en 2014. © Maria Guinamant – Dans la foulée

Après une retraite dont il n’aura pu profiter longtemps, Lord de Theize s’est éteint subitement en août dernier. Digne représentant de l’équipe de France de saut d’obstacles, le complice d’Olivier Guillon se parait d’argent par équipes aux européens de Madrid et aux mondiaux de Lexington. Le fils de Donald Rouge II a été victime d’un accident vasculaire cérébral dont il n’a pu se remettre malgré des semaines de soin. Meilleur représentant en individuel de la délégation tricolore, le Selle Français accrochait une belle douzième place aux Jeux Olympiques de Londres en 2012.


JL’s Komparse

JL's Komparse & Janika Sprunger à La Baule en mai dernier. © Maria Guinamant - Dans la foulée

JL’s Komparse & Janika Sprunger à La Baule en mai dernier. © Maria Guinamant – Dans la foulée

JL’s Komparse est lui aussi disparu brutalement en août 2016. Fidèle complice de la Suissesse Janika Sprunger, le gris s’est éteint à quinze ans après presque six années de compétitions internationales avec sa cavalière. Le fils de Kolibri s’était notamment illustré dans de nombreuses épreuves intermédiaires sur quelques unes des plus belles pistes du monde.


Lady Lindenhof

À quinze ans, l'ex Nangaye de Kergane profite aujourd'hui d'une retraite bien méritée. © Maria Guinamant - Dans la foulée

À quinze ans, l’ex Nangaye de Kergane profite aujourd’hui d’une retraite bien méritée. © Maria Guinamant – Dans la foulée

Après avoir elle aussi glané de beaux succès en épreuves intermédiaires à travers le monde, Lady Lindenhof a vu sa carrière sportive s’arrêter en 2016. Absente de la compétition depuis avril, c’est en octobre que Luciana Diniz annonçait officiellement la retraite de la fille de Grand Chef Bleus. Formée de ses débuts aux Grands Prix 4* par Alexandra Rantet, l’attachante alezane aux crins lavés est passée un temps chez Kevin Staut où elle atteignait le niveau 5*. Depuis 2012, elle évoluait avec la meilleure représentante portugaise pour le compte de l’Ecurie de Meautry.


Jerich Parzival

Les Jeux Olympiques de Rio ont marqué la fin de la carrière de Jerich Parzival. À dix-neuf ans, le KWPN a connu bien des succès sous la selle d’Adelinde Cornelissen. Champion d’Europe à l’issue du Grand Prix Spécial de Windsor en 2009, l’alezan devançait un certain Totilas. Il réalisait également le doublé en 2011 à Rotterdam avant de s’offrir la médaille d’argent en individuel aux Jeux Olympiques de Londres. Médaillé de bronze dans le GPS et le Freestyle lors des Championnats d’Europe d’Herning, le fils de Jazz décrochait une nouvelle troisième place l’année suivante à Caen dans la reprise libre en musique. Sa carrière s’est achevée à Rio alors que sa cavalière préférait abandonner au beau milieu de sa reprise du Grand Prix.


Tinka’s Serenade

2016 était également synonyme de retraite pour Tinka’s Serenade, la fille de Tinka’s Boy. Montée par l’Irlandais Billy Twomey, l’atypique alezane avait notamment remporté le Top 10 en 2010 à Paris. Celle qui avait pour habitude d’étirer ses antérieurs sur les oxers a également à son palmarès les difficiles Grands Prix de Bâle et Zurich. Pour l’Irlande, elle prenait part aux Jeux Équestres Mondiaux de Lexington en 2010, aux Championnats d’Europe de Madrid en 2011 ainsi qu’aux Jeux Olympiques de Londres en 2012. En Coupe des Nations, elle réalisait pas moins de dix-huit parcours sans faute, participant aux victoires à Aix-la-Chapelle et Lummen pour le drapeau vert, blanc et orange. Au total, Tinka’s Serenade a été classée dans le top 5 de vingt-et-un Grands Prix auxquels elle a pris part, accumulant plus d’un million d’euros de gains.


 Avebury

Il faisait partie des meilleurs chevaux de complet de tous les temps. Avebury, le crack d’Andrew Nicholson a dû être euthanasié le six septembre dernier à cause d’une tumeur. Le gris avait notamment remporté le Burghley Horse Trials à trois reprises de 2012 à 2014 mais aussi le CCI 3* de Barbury Castle quatre fois. Élevé par Andrew Nicholson, le fils de Jumbo avait d’ailleurs été vendu pour réaliser une carrière en saut d’obstacles mais a rapidement été racheté par le Néo-zélandais avant de réaliser les nombreux exploits qu’on connait. Retiré de la compétition internationale en avril, Avebury n’a pu profiter de sa retraite que quelques mois.


Sir Radjah

Toujours en dressage, Beatriz Ferrer-Salat a dû faire face à une terrible épreuve il y a une poignée de jours. La cavalière espagnole a en effet dû dire au revoir à Sir Radjah, son deuxième meilleur cheval. Après un week-end particulièrement réussi au CHI de Genève, le bai de onze ans avait dû être opéré en urgence à Lyon pour des coliques. Malheureusement, il ne survivait pas à l’opération. Très prometteur dès ses débuts sur la scène internationale en 2013, ce fils de Sir Donnerhall avait remporté plusieurs belles victoires internationales parmi lesquelles le Grand Prix Freestyle de Madrid ou encore le Grand Prix Spécial de Doha.


Chilli Morning

Le vainqueur du mythique CCI 4* de Badminton édition 2015 a fait ses adieux par la grande porte en 2016, c’était aux Jeux Olympiques de Rio. Chilli Morning a en effet conclu sa carrière sportive sur une belle douzième place en individuel lors des dernières olympiades. En duo avec le britannique William Fox-Pitt depuis 2012, l’étalon alezan a notamment remporté trois ans d’affilé le CCI 3* de Bramham avant de prendre la médaille de bronze individuelle et d’argent par équipes aux Jeux Équestres Mondiaux de 2014. Un an avant, il prenait déjà le bronze en individuel lors des Européens de Malmö.


Albführen’s Paille de la Roque

Dès treize ans, Albführen’s Paille de la Roque a pu profiter d’une retraite anticipée. Blessée de longs mois suite à sa brillante victoire dans la Finale de la Coupe du Monde de Las Vegas, la fille de Kannan n’aura jamais retrouvé son meilleur niveau. Aujourd’hui, l’alezane se consacre à sa future descendance à Dettighofen, en Allemagne. Née Paille de la Roque chez la famille Hécart, elle découvrait le haut niveau avec la Suissesse Alexandra Fricker avant d’être confiée à Steve Guerdat en 2014. C’est avec le champion Suisse qu’elle connaissait ses plus beaux succès avec notamment une victoire dans le Grand Prix Coupe du Monde de Göteborg ou une troisième place dans la Finale du Top Ten en 2014. 


 

En 2017, nous n’oublierons pas non plus Quick StudyOh d’EoleRegina ZWatermill ScandicKaramel de LautureH&M TorneschAmaiVagabond d’ArgentAbbervail van het DingeshofL’Espoir, Paddock du Plessis*HN et tant d’autres…

Vous aimerez peut-être