Saut d'obstacles

Finale Coupe du Monde Paris : Beezie Madden à toute vitesse !

107 : BREITLING LS : MADDEN Elizabeth

La finale Coupe du monde de saut d’obstacles a livré son premier acte ce jeudi soir. Suite aux forfaits de dernière minute de l’Américaine Jenni McAllister et du Letton Kristaps Neretnieks, trente-sept couples ont pris part à l’épreuve de chasse, où chaque barre renversée ajoutait quatre secondes supplémentaires au chronomètre. Au jeu de la vitesse, Beezie Madden a été la meilleure en signant le parcours sans-faute le plus rapide avec Breitling LS !

Deux heures plus tôt, à 20h30 précises, le coup d’envoi de la finale mondiale de Paris a été donné. Le Mexicain Gustavo Ramos avait écopé hier, lors du tirage au sort, du difficile rôle d’ouvreur. En selle sur Izzy Miaki, un SBS de quatorze ans, le cavalier s’est retrouvé à la peine sur ce tracé de Santiago Varela. Inexpérimenté à ce niveau de compétition et majoritairement présent sur des concours mexicains, le couple est sorti de piste avec le lourd score de quarante points, qui a alourdi son chronomètre à 128.84 secondes. Même s’il s’agissait d’une épreuve de vitesse, le parcours du chef de piste s’est révélé particulièrement sélectif. Seulement huit couples sont parvenus à signer le sans-faute. Associée à Breitling LS, Beezie Madden a été la plus rapide d’entre eux, s’installant par la même occasion en tête du classement général de la finale à l’issue de cette première manche. L’Américaine, victorieuse en 2013 avec Simon, a franchi la ligne d’arrivée avec 61.89 secondes. Son chronomètre n’était pourtant pas le plus rapide de l’épreuve, mais son parcours dénué de la moindre pénalité lui a permis de décrocher la victoire. Henrik von Eckermann et la désormais dénommée Toveks Mary Lou étaient plus rapides d’une seconde, mais une faute sur la palanque les a relégué en cinquième position. Déception également pour les tenants du titre McLain Ward et HH Azur, eux aussi plus rapides, qui ont fait tomber l’entrée de l’ultime double, l’une des principales difficultés de ce parcours. Néanmoins, rien n’est encore perdu pour le duo qui pointe ce soir en dixième position.

Devin Ryan et Eddie Blue - © PSV-J-MOREL

Devin Ryan et Eddie Blue – © PSV-J-MOREL

La dernière fois qu’une finale Coupe du monde a été organisée en France, Daniel Deusser et Cornet d’Amour l’avaient remportée. Pourraient-ils faire retentir une fois de plus l’hymne allemand dimanche ? Si un championnat ne se gagne jamais le premier jour, l’ancien n°1 mondial peut être pleinement satisfait de son entrée en matière. Avec son complice de quinze ans, le vainqueur de 2014 occupe la deuxième place à l’issue de cette épreuve, et ce pour moins d’une seconde. La plus grande surprise de cette chasse reste néanmoins la présence sur le podium de l’Américain Devin Ryan. Non seulement il s’agit du tout premier championnat de ce cavalier de trente-huit ans, mais il monte en plus le plus jeune cheval de cette finale ! Du haut de ses neuf ans, le gris Eddie Blue, un fils de VDL Zirocco Blue et Marlon par la mère, a fait forte impression en réalisant le troisième meilleur sans-faute en 62.84 secondes. Il devance les expérimentés Marcus Ehning et Cornado NRW, auteurs d’un superbe sans-faute et qui se retrouvent au pied du podium pour un petit dixième.

Du côté des Tricolores, l’heure n’est pas à la fête. Aucun des quatre cavaliers français n’a pu signer le tour parfait. Roger-Yves Bost est ce jeudi soir le meilleur d’entre eux en étant douzième avec Sangria du Coty. Le champion olympique par équipes s’est fait surprendre, comme beaucoup, par l’entrée du dernier double. Partis en n°4, Simon Delestre et Chadino ont également renversé le premier élément d’une combinaison et se retrouvent dix-septièmes. Alors qu’ils s’étaient élancés quelques secondes auparavant, Julien Epaillard et Usual Suspect d’Auge ont commis deux fautes et sont pour le moment vint-et-unièmes au classement général. Enfin, Kevin Staut a signé la plus grosse contre-performance du jour en quittant la piste avec cinq fautes sur Rêveur de Hurtebise HDC et une trente-troisième place, un résultat qui réduit à néant tout espoir de victoire pour le n°4 mondial.

Classement complet

Photo : ©PSV-J-MOREL

Vous aimerez peut-être