Saut d'obstacles

CSIW 5* Lyon : Martin Fuchs, what else ?

IMG_1621

Cette année encore, Grégory Bodo a dessiné un magnifique parcours pour le Grand Prix Coupe du Monde lyonnais. Avec quarante des meilleurs cavaliers de la planète, le français avait fort à faire. Sur un tracé subtil, les couples au départ ont notamment peiné en fin de parcours avec par exemple sept fautes sur l’ultime saut, un oxer étroit, obstacle le plus fautif du tour.

Premier à s’élancer, Nicolas Deseuzes déroulait une véritable leçon d’équitation sur une Quilane de Lezeaux très au point en ce dimanche. Il ouvrait ainsi la voie à d’autres outsiders qui ont réussi à se qualifier pour le barrage tandis que certains ténors de la discipline échouaient. Guillaume Foutrier et Irma Karlsson ont notamment réussi également le parcours parfait, suivis par Olivier Robert et les chevronnés Lorenzo de Luca, Pieter Devos, Maikel van der Vleuten, Kevin Staut, Martin Fuchs et Steve Guerdat. C’est donc avec le nombre idéal de dix barragistes qu’allait se conclure ce Grand Prix.

Le temps imparti, autre grosse difficulté du jour, aura fermé les portes de cette finale au chronomètre à Robert Whitaker et Pénélope Leprévost respectivement associés à Catwalk IV et Vancouver de Lanlore, neuf ans.

Premier à signer le double sans-faute, Guillaume Foutrier aura marqué les esprits aujourd’hui. En pleine ascension ces derniers mois avec Valdocco des Caps, le nordiste a réalisé deux somptueux parcours pour leur premier Grand Prix Coupe du Monde. A neuf ans seulement, le fils de Number One d’Iso a certainement une belle carrière devant lui. Pour cette première, le couple terminera en septième position. Les concurrents suivants sont en effet allés très vite ! Voilà son ressenti après ce beau classement : « Ici le système est assez sélectif, il n’y a qu’une seule épreuve qualificative pour le Grand Prix donc il ne faut pas se louper le premier jour. Valdocco avait très bien sauté vendredi, c’était déjà une première étape de franchie. J’étais très content mais il fallait confirmer aujourd’hui. Je suis co-naisseur du cheval, j’avais monté son père déjà par le passé. Je l’ai formé un peu puis je l’ai vendu à Alexandre de Rotschild. On l’a finalement racheté à trois co-propriétaires en fin d’année dernière. On croyait tous en lui mais après c’est dur de savoir à quelle vitesse ça va progresser. On savait qu’il avait quelque chose de spécial, il a franchi les étapes ensuite, il a confirmé mais la route est encore longue. Ses performances font en revanche déjà plaisir ! Ici je n’étais pas complètement en début d’épreuve donc j’ai pu regarder quelques parcours et voir un peu mieux les difficultés, affiner la reconnaissance. Au barrage, je suis parti dans une bonne cadence mais j’ai eu un peu de difficulté devant le double et j’ai donc tempéré ensuite pour la fin du tour. »

Alors que Lorenzo de Luca abaissait largement le chronomètre en selle sur Ensor de Litrange LXII, l’avant-dernier partant a fait encore mieux ! Associé à son complice de Tryon, Clooney, le Vice-Champion du Monde, Martin Fuchs a été le meilleur cet après-midi. Une sacrée performance pour le gris qui réalisait ici son deuxième concours seulement depuis les Jeux Équestres Mondiaux. Derrière Lorenzo de Luca, on retrouve un autre suisse, Steve Guerdat, qui a de nouveau mis en lumière les qualités de sa délicate fille de Balou du Rouet, Bianca.

Meilleur tricolore, Kevin Staut continue sa quête de points sur le circuit en terminant ici cinquième en compagnie de son hongre de treize ans, For Joy van’t Zorgvliet*HDC, très à l’aise en indoor.

Classement complet

Vous aimerez peut-être