Saut d'obstacles

CSIW 5* Bordeaux : Pieter Devos s’offre cette fois la Coupe du Monde !

27540420_524951714553698_8760498488290144988_n

Comme chaque année, le Grand Prix Coupe du Monde de Bordeaux s’est déroulé devant des tribunes combles. Au terme d’un barrage à dix, Pieter Devos l’a emporté devant le maître Marcus Ehning. Retour sur cette épreuve palpitante.

Ils étaient quarante à tenter leur chance en première manche sur le parcours dessiné par Uliano Vezzani. Parmi eux, dix français avaient à cœur d’offrir une nouvelle Marseillaise à leur public. Le sélectionneur des bleus Philippe Guerdat a cependant dû s’arracher les cheveux ce soir face aux fautes souvent malheureuses des tricolores. En quête de points pour se qualifier pour la finale, Pénélope Leprévost, Simon Delestre et Aldrick Cheronnet ont échoué avec deux fautes pour les deux premiers et une pour Tanael des Bonnes. Tenant du titre, Julien Epaillard a essuyé une désobéissance d’Usual Suspect d’Auge qui n’a pas voulu s’approcher du triple au premier abord. Parcours à oublier aussi pour Olivier Robert et Quenelle du Py qui sortent de piste avec vingt points de pénalité. Belle satisfaction en revanche pour Alexis Deroubaix ! Associé à Timon d’Aure, le normand n’a fauté qu’à une reprise sur le premier parcours de ce niveau qu’il courrait. Une belle promesse pour l’avenir… Seul français au barrage, Roger-Yves Bost n’a malheureusement pas pu mener Sydney Une Prince jusqu’à la victoire en fautant sur l’avant dernier. Le couple termine cependant à une bonne septième place.

Parmi les bonnes surprises du jour sont à noter le sans faute de Cameron Hanley et Eis Isaura qui ne sautait ici que son deuxième Grand Prix de ce niveau. L’irlandais a peut-être trouvé en cette jument de dix ans la relève d’Antello Z qui l’avait ramené en 5* il y a plusieurs années. Belle performance aussi pour Tokyo qui courait ici son premier Grand Prix Coupe du Monde avec Christian Ahlmann et l’a terminé sans faute.

Au barrage, premier à signer le double sans faute, Paul Estermann et Lord Pepsi montraient la voie à leurs concurrents. Très vite, Manuel Fernandez Saro abaissait le chronomètre d’une bonne seconde en compagnie de son fils de Cornet Obolensky, Cannavaro 9. Il n’en fallait pas moins pour motiver encore plus Pieter Devos à faire mieux. En selle sur son bon Espoir, le belge a pris tous les risques, notamment sur le dernier au bout d’une grande galopade. Mais Marcus Ehning restait notamment encore à passer et, après son tour majestueux en première manche, Cornado NRW semblait détenir la victoire au bout des sabots. De retour au plus haut niveau depuis fin 2017, le gris et son centaure de cavalier n’ont finalement pas su aller plus vite ce soir. Ils décrochent donc une deuxième place devant l’espagnol Manuel Fernandez Saro.

Classement complet

Vous aimerez peut-être