Saut d'obstacles

CSI 5*-W Bâle : Steve Guerdat débute 2020 comme dans un rêve

2020_Siegerehrung_Steve-Guerdat

Débarrassé de son brassard de numéro un depuis quelques jours, Steve Guerdat a frappé un grand coup. L’ex numéro un mondial est loin d’avoir dit son dernier mot. Associé à son Selle Français Victorio des Frotards, l’Helvète a été intouchable dans le premier Grand Prix CSI 5*-W de l’année. Malgré tous ses efforts, Julien Epaillard s’est incliné pour quelques centièmes avec sa toute bonne Queeletta, qui ne cesse de progresser et pourrait bien être un sérieux atout pour la France dans les années, voire mois à venir. Impeccable, Pieter Devos, associé à Apart, poursuit sa route avec une régularité sans faille, et clôt le podium du jour.

Quatorze concurrents se sont ouverts les portes du barrage, dimanche 12 janvier, pour le premier Grand Prix 5* de l’année. À Bâle, à la limite des frontières allemandes et françaises, la première étape de la Coupe du Monde de l’année civile n’a pas proposé un parcours particulièrement sélectif. La tracé de Frank Rothenberger, bien que très fluide et agréable, et où tous les éléments sont tombés – sans exception -, a laissé la porte ouverte à de trop nombreux pilotes pour assister à un barrage réellement palpitant. Fort heureusement, Steve Guerdat, qui a cédé sa place de numéro un mondial à son ami Martin Fuchs il y a quelques jours, a livré un véritable spectacle à son public. Parti en milieu d’épreuve, le Suisse n’a pas laissé la moindre chance à ses poursuivants. En arrêtant le chronomètre à 31”44 secondes, le champion olympique de Londres a pris tous les risques, juché sur un Victorio des Frotards tout bonnement impressionnant. Auteur d’un parcours difficile à l’Olympia de Londres, pénalisé de seize points, le Selle Français, fils de Barbarian, a semblé se plaire à Bâle, puisqu’il avait également permis à son cavalier de s’emparer du Grand Prix de la ville, vendredi 10 janvier. Récupéré au printemps dernier, le hongre désormais âgé de 11 ans et formé par le Français Raphaël Goehrs a franchi un véritable palier. Ainsi, Steve Guerdat peut se targuer de compter sur un nouveau cheval d’exception dans son piquet de chevaux de Grands Prix. Deuxième, Julien Epaillard est le seul à avoir approché le temps imposé par le champion jurassien. Il a également été le leader d’une impressionnante délégation française, puisque quatre de ses six représentants se sont qualifiés pour l’ultime exercice de vitesse. Avec sa formidable Queeletta, qui ne cesse de progresser, le Tricolore a prouvé toutes ses qualités. Il a devancé ses compatriotes Kevin Staut, septième avec l’atypique et coquin Viking d’la Rousserie, qui a fait une belle frayeur à son cavalier au moment d’aborder le premier obstacle en ayant un petit geste d’humeur, Olivier Robert, douzième, pénalisé de quatre points au barrage avec Vangog du Mas Garnier, et Pénélope Leprevost, treizième, auteur du même score de le Bordelais après avoir signé deux démonstrations aux rênes du surpuissant Excalibur de la Tour Vidal*GFE. Sur la troisième place du podium, c’est encore Pieter Devos qui accroche un nouveau podium. Cette fois avec Apart, qui lui avait permis de triompher à Stuttgart, le Belge, numéro six mondial, est de toutes les remises des prix ces derniers temps. Marcus Ehning, qui a livré deux démonstrations avec son fidèle Cornado NRW, a pris la quatrième place, devant Denis Lynch, impressionnant d’aisance aux rênes de GC Chopin’s Bushi

Julien Epaillard et Queeletta, qui n'évoluent ensemble que depuis juin 2019, ont été les meilleurs tricolores à Bâle. © LONGINES CSI BASEL/Katja Stuppia

Julien Epaillard et Queeletta, qui n’évoluent ensemble que depuis juin 2019, ont été les meilleurs tricolores à Bâle. © LONGINES CSI BASEL/Katja Stuppia

Les résultats complets.

Allègrement en tête du circuit, Steve Guerdat, qualifié d’office grâce à sa victoire avec Alamo lors de la précédente finale, devance Pieter Devos et Emanuele Gaudiano. Scott Brash, Marcus Ehning, Kevin Staut, Martin Fuchs et Julien Epaillard devraient eux aussi être du voyage à Las Vegas au printemps prochain, puisque tous comptabilisent plus de 40 points sur le circuit, alors qu’il reste quatre étapes sur la ligue d’Europe de l’Ouest sur le circuit Coupe du Monde.

Le classement général de la Coupe du Monde.

ph. : Steve Guerdat et son bel alezan, Victorio des Frotards, vainqueur de leur premier Grand Prix d’un tel niveau. © LONGINES CSI BASEL/Katja Stuppia

Vous aimerez peut-être