Saut d'obstacles

CHIO Aix-la-Chapelle : La fusée Kent Farrington frappe sur l’Allemagne et s’empare du mythique Grand Prix

190721_rolex-1080x720

Point d’orgue de cette semaine en terres allemandes, le Rolex Grand Prix du CHIO d’Aix-la-Chapelle a, comme toujours, livré une incroyable après-midi de sport aux milliers de spectateurs venus remplir les tribunes du stade de la Soers. Si l’Allemagne n’est pas passée loin, notamment par l’intermédiaire de Daniel Deusser et un Tobago Z qui ne cesse d’impressionner, c’est Kent Farrington qui a empoché les 330 000 € de dotation. L’Américain, aux rênes de Gazelle, qui porte bien son nom, a été plus rapide que le local du jour, seul autre sans-faute au barrage. Avec un chronomètre plus rapide de quatre centièmes, Ben Maher et l’extraterrestre Explosion W terminent troisièmes, devant les championnes du monde en titre, Simone Blum et DSP Alice, quatrièmes. Malgré un temps record, McLain Ward, accusant deux fautes, a laissé les honneurs à son compatriote. Meilleur Français, Kévin Staut termine dix-septième, après une performance encourageante de la toute bonne fille de Helios de la Cour II, tristement disparu vendredi à la suite de colliques, Urhelia Lutterbach.

Dès la première manche, le ton était donné. Frank Rothenberger avait préparé un parcours dense, annoncé à 1m70. Les deux doubles, dont la traditionnelle combinaison de bidets, ainsi que le triple – avant-dernière difficulté du jour – comptaient parmi les dix-huit efforts à franchir pour les quarante couples au départ. Si Henrik von Eckermann avait préféré renoncer, sentant sa Tovek Mary Lou pas à son aise jeudi lors de la Coupe des Nations malgré une victoire de son équipe, certains ont tout de même choisi de s’élancer, bien qu’ils aient déjà rencontré quelques problèmes.  À commencer par Laura Kraut et Curious George, déjà en difficulté jeudi, où le duo avait accusé douze puis onze points dans la Coupe des Nations. Cette fois, l’amazone américaine a chuté, à l’entrée du premier double, après un refus de son fils de Codex One, vainqueur de cette épreuve en 2014. Et la délicate combinaison, mondialement connue, a également piégé Eduardo Alvarez Aznar et son très expérimenté Rokfeller de Pleville*Bois Margot. Après avoir renversé les deux verticaux, le pilote espagnol a décidé de se retirer de la compétition. D’autres favoris ont fait les frais de ce parcours plus qu’exigeant. Jur Vrieling, Grégory Wathelet, et finalement Cian O’Connor, aux rênes d’une Irenice Horta franchement pas à son affaire, ont, eux aussi, jeté l’éponge en cours de parcours. Pourtant, le premier sans-faute n’a pas tardé. Sven Schlüsselburg, et son surprenant Bud Spencer 7, éblouissant de facilité, sont parvenus à effacer toutes les difficultés du jour. Malheureusement, parti en numéro trois, le couple a accusé deux points de temps dépassé. En franchissant la ligne d’arrivée, le jeune Allemand, auteur de ce qui est sans doute la plus belle performance de sa carrière, a laissé exploser sa joie, sous les applaudissements retentissants du public. Christian Ahlmann et Marcus Ehning, ses compatriotes, ont connu moins de chance, laissant une nouvelle fois l’ultime effort du jour à terre, à l’image de leurs fautes dans l’épreuve par équipe de jeudi. Comme un air de déjà vu… Finalement, la nation hôte a qualifié deux couples supplémentaires pour la deuxième manche, et pas des moindres. Partis en fin d’épreuve, Daniel Deusser, lauréat de l’épreuve majeure de vendredi avec Killer Queen VDM, et cette fois associé à son incroyable Tobago Z, ainsi que les championnes du monde en titre, Simone Blum et DSP Alice, ont fait étalage de toute leur classe. Au rang des sans-faute, Ben Maher, en selle sur son exceptionnel Explosion W, Kent Farrington et sa véloce Gazelle, Jérôme Guéry et l’impressionnant Quel Homme de Hus, vainqueur à Mexico, Darragh Kenny, tout aussi en forme après deux victoires à Knokke et Chantilly, se sont ouverts les portes de la deuxième manche. McLain Ward, accompagné de sa meilleure monture, HH Azur, les a rejoins.
Du côté tricolore, Kévin Staut a réalisé la formidable performance de boucler un premier parcours parfait avec Urhelia Lutterbach, qu’il ne monte que depuis quelques semaines. Pénélope Leprevost et Olivier Robert, juchés sur leurs montures de la Coupe des Nations, ont commis deux fautes, tout comme Guillaume Foutrier, qui courrait là son tout premier Grand Prix d’Aix-la-Chapelle.

Loin d’être au rabais, la seconde manche a tout de même permis à sept couples de se donner rendez-vous au barrage. Pourtant impeccable au premier tour, Kévin Staut a sans doute payé l’inexpérience du duo qu’il forme avec sa jument. À l’arrivée, le Normand accuse trois fautes : une sur le premier effort de ce deuxième parcours, et deux dans le triple numéro dix. Malgré tout, la performance de la paire laisse présager de bonnes choses pour l’avenir. Auteur d’une première manche entachée d’une petite faute avec sa fabuleuse Albfuehren’s Bianca, Steve Guerdat a cette fois rectifié le tir, signant un parcours tout en maîtrise. À l’inverse, son compatriote et ami Martin Fuchs a perdu tout espoir de victoire après deux fautes de son gris, Clooney 51. L’inoxydable Verdi TN, toujours dans une forme impressionnante à 17 ans, a commis une faute dans chaque manche, en compagnie de son fidèle pilote, Maikel van der Vleuten. Hormis Kévin Staut et Martin Fuchs, les favoris sont parvenus à se hisser au barrage pour une ultime confrontation sans difficulté. Et l’ultime parcours de cette semaine aixoise a livré son lot de surprise.

La joie de Kent Farrington après l'exploit de Gazelle. © Tiffany van Halle / Rolex Grand Slam of Showjumping

La joie de Kent Farrington après l’exploit de Gazelle. © Tiffany van Halle / Rolex Grand Slam of Showjumping

Premier à s’élancer, Jérôme Guéry a bien cru signer une prouesse majuscule. Malheureusement, le pilote belge – victime d’une glissade à l’abord de l’avant dernier effort du jour avec son magnifique Quel Homme de Hus – n’a pu éviter un refus. Le fils de Quidam de Revel n’aura toutefois pas effleuré la moindre barre de la journée. Et cet avant-dernier obstacle, aux couleurs de la ville d’Aix-la-Chapelle, n’a pas posé problème qu’à la paire belge. Ben Maher et l’incomparable Explosion W ont malheureusement renversé l’obstacle, signant tout de même le deuxième meilleur chronomètre du jour, derrière celui de McLain Ward, fautif lui aussi sur ce vertical. Il faut également ajouter une faute, survenue sur le premier obstacle, au score de l’Américain. Darragh Kenny et Babalou 41 n’ont, quant à eux, pu éviter une faute sur le numéro deux. Finalement, Kent Farrington a été le premier à dérouler un triple sans-faute. Avec un chronomètre rapide, le cavalier États-unien a mis la pression sur ses deux derniers concurrents, Simone Blum et Daniel Deusser. La première a été piégée par la délicate palanque. Au final, le couple champion du monde doit se contenter de la quatrième place. Daniel Deusser a tout essayé. Serrant ses courbes et laissant galoper son étalon alezan, le cavalier des écuries Stephex n’a pu rattraper Kent Farrington, imbattable aujourd’hui. Pour trente-sept centièmes, celui qui a retrouvé la Mannschaft, et semble bien parti pour une sélection pour les championnats d’Europe, qui se dérouleront fin août à Rotterdam, a laissé le Stars and Stripes de Kent Farrington se hisser dans le ciel du plus beau concours du monde.

Résultats complets.

ph. : Kent Farrington, désormais en lice pour réaliser le Rolex Grand Slam, en remportant les quatre majeurs de saut d’obstacles. © CHIO Aachen

Vous aimerez peut-être