Saut d'obstacles

CHI Genève : Kent Farrington tient son rang dans le Grand Prix !

24862439_1988150964545368_7209582629380631443_n

Quel Grand Prix cet après-midi à Genève ! Sur la piste suisse de Palexpo, quarante cavaliers se sont affrontés dans le fameux Grand Prix 5*, étape du Rolex Grand Slam. À l’issue d’une manche particulièrement sélective, Kent Farrington a tenu son rang de numéro un mondial avec Gazelle, coiffant Henrik von Eckermann et Gregory Wathelet au poteau.

C’est à 14h30 que le temps fort final du cinquante-septième CHI de Genève a lancé son coup d’envoi, le Grand Prix Rolex. Concocté en tandem par le local Gérard Lachat et Louis Konickx, le parcours a été particulièrement subtil et sélectif. Pour preuve, ils n’ont été que cinq à boucler le sans-faute, tous les autres, y compris des sérieux candidats, ont flanché. Malgré un superbe parcours, Luciana Diniz et sa géniale Fit For Fun 13 ont laissé l’entrée du dernier double numéro treize à terre. Un vertical qui aura également fait déchanter le très à l’aise Michael Jung, Roger-Yves Bost et Sangria du Coty, ou encore Steve Guerdat et Bianca, au grand dam des spectateurs. Pour leur grand retour en 5*, Jeroen Dubbeldam et SFN Zenith n’ont pas à rougir de leur performance ! Les champions du monde et d’Europe ont péché sur l’anodin oxer numéro deux, déroulant un tour parfaitement maîtrisé. Quatre points pas payés également pour Jérome Guéry, sur un Grand Cru van de Rozenberg très frais, fautant sur la palanque numéro six. Le même obstacle aura coûté cher à Martin Fuchs. En dépit d’une forme éblouissante, Clooney est parti une foulée trop tôt pour sauter la barre… Même Simon Delestre et Hermès Ryan des Hayettes n’ont pas su sortir sans faute, péchant sur le vertical numéro huit. Les seuls scores vierges auront été signé par les hommes de l’année. Si Peder Fredricson n’y apparaît pas, concédant une faute sur un vertical, Gregory Wathelet, Henrik von Eckermann, Kent Farrington, Cian O’Connor et Harrie Smolders ont été phénoménaux ! Mention spéciale pour les tenants du titre Pedro Veniss et Quabri de l’Isle, qui ont écopé d’un seul petit point de temps.

Un barrage de titans s’est préparé pour départager cinq pilotes qui ont fait l’actualité de l’année. S’élançant en premier, le vice-champion d’Europe Harrie Smolders a fait ce qu’il pouvait avec le régulier Don VHP Z, bouclant son tour en 46 »89. À sa suite, le médaillé d’argent par équipes de Göteborg Henrik von Eckermann n’a pas eu de mal à abaisser le chronomètre de référence. Aux rênes de la rapide Mary Lou 194, le Suédois a enregistré 45 »49. Satisfaction inattendue pour le cavalier : « Je suis très content de Mary Lou, d’autant plus que j’ai eu des problèmes avec elle. Elle s’était arrêtée sur le dernier au barrage d’une épreuve, j’étais même tombé, donc j’étais un peu dubitatif ». Pour quelques dixièmes, Gregory Wathelet et Corée ont dû s’incliner. Une belle performance pour le Belge, tout de même déçu puisqu’il courrait pour un bonus financier, étant vainqueur du dernier Grand Prix d’Aix-la-Chapelle. Mais le numéro un mondial ne s’était pas encore présenté… Kent Farrington, qui règne sur le jumping depuis huit mois, a été parfait sur la bien-nommée Gazelle, franchissant la ligne d’arrivée en 44 »96. Cian O’Connor et Fibonacci 17, prêté par Lillie Keenan qui l’avait acheté à Meredith Michaels Beerbaum en début d’année, n’ont pas su aller plus vite, écopant de toute manière d’une faute.

Enième victoire en Grand Prix donc pour Kent Farrington, qui prend encore un peu plus d’avance pour le classement mondial. « Je suis encore un peu sous le choc de cette victoire ! Cela faisait longtemps que je voulais gagner ce Grand Prix, nous y travaillions beaucoup. Maintenant, c’est fait ! Gazelle a très bien sauté aujourd’hui. Pour le Grand Slam, je serai évidemment à ‘s-Hertogenbosch pour tenter le doublé. C’est vrai que c’est difficile de construire les parcours ici, ce n’est pas une piste indoor comme les autres. Aujourd’hui, il y avait les meilleurs couples et tout le monde était motivé. C’était du super travail ! »

Classement complet

A Genève, Yeelen Ravier

Photo © CHI Genève

Vous aimerez peut-être