Saut d'obstacles

CHI Genève : Inattendu, Pedro Veniss surplombe une concurrence féroce dans le Grand Prix !

geneve

A 14h30, le coup d’envoi du mythique Grand Prix du CHI de Genève était donné. Point d’orgue de ce weekend de grand sport, ils étaient pas moins de quarante à avoir décroché leur qualification pour l’épreuve que tout le monde attendait. Avec un tel plateau de stars et en partant dans les premiers au barrage, Pedro Veniss a tout donné pour s’adjuger la victoire, avec son fantastique Quabri de l’Isle. C’est une première victoire en Grand Prix 5* pour le brésilien et son étalon, et une victoire pleine de symbole dans le meilleur concours du monde. Ils devancent Olivier Philippaerts qui montait sa toute bonne H&M Legend of Love, et le vainqueur du Rolex Grand Slam l’an dernier, Scott Brash associé à Ursula XII.

Quatorze obstacles, dix-sept efforts, un triple et deux doubles… A première vue le parcours semblait être l’un des plus difficiles de l’année. Lorsque l’on regarde la start list et les têtes d’affiches qui la composaient, on comprend bien que Gérard Lachat et Luc Musette voulaient construire un parcours difficile car long, mais équilibré, où les fautes se faisaient partout, et qui ne mettait pas les chevaux dans le rouge. Premier à s’élancer, Paul Estermann sortait déjà de piste avec douze points, Lord Pepsi renversant l’obstacle numéro deux, le milieu du triple et le bidet. Juste derrière, Robert Whitaker et Catwalk IV mettaient quant à eux les obstacles numéros huit et treize à terre. Troisième cavalier de la liste, Niels Bruynseels ouvrait la voie en signant un très beau sans faute avec la performante Cas de Liberté. Mais même les meilleurs n’arrivaient pas à l’imiter puisque Romain Duguet et Quorida de Treho fautaient sur le premier double placé en début de tour ou encore Michael Whitaker qui faisait tomber le dernier obstacle en selle sur Viking. Jeroen Dubbeldam préférait en rester là avec SFN Zenith après deux fautes. Ensuite, quatre nouveaux cavaliers venaient s’ajouter à la liste des barragistes puisque Martin Fuchs, Niklaus Rutschi, Pedro Veniss et Douglas Lindelöw signaient le sans faute respectivement associés à Clooney 51, Windsor XV, Quabri de l’Isle et Zacramento. Un des chouchous du public, Abdelkebir Ouaddar, semblait retrouver son crack Quickly de Kreisker mais malheureusement le deuxième élément du dernier double tombait après un mauvais abord. Dernière repêchée dans la liste des qualifiés du Grand Prix, Janika Sprunger montrait qu’elle avait bel et bien sa place en signant un très beau sans faute sur sa bouillante Bonne Chance CW. Alors que Daniel Deusser sortait de piste avec huit points aux rênes de son First Class van Eeckelghem, Harrie Smolders en selle sur Don VHP Z et Rolf Göran-Bengtsson dont le Casall Ask courrait son dernier Grand Prix de Genève s’invitaient au barrage. Sans faute jusqu’aux deux derniers éléments, la multi-médaillée Meredith Michaels-Beerbaum bousculait un peu le train de son aérien Fibonacci 17 qui fautait sur les deux ultimes obstacles. Une excellente cavalière laissait sa place à une autre puisque juste après Pénélope Leprevost signait un sans faute tout en maitrise sur sa fille de For Pleasure, Flora de Mariposa. Christian Ahlmann faisait de même aux rênes de Taloubet Z. Dans cette dernière partie de première manche, il y eut quelques rebondissements avec notamment les huit points de Kent Farrington associé à Voyeur, ceux de Bertram Allen qui montait un facétieux Hector van d’Abdijhoeve ainsi que ceux de McLain Ward et HH Azur. Gregory Wathelet choisissait d’abandonner avec sa bonne fille de Cornet Obolensky, Coree, après une grosse faute de cette dernière sur l’oxer sur bidet. Même choix pour Eric Lamaze qui choisissait d’économiser la gagnante du Top 10 vendredi soir, Fine Lady 5, après une faute dès le numéro deux. Auteur d’un weekend sans résultat, la malédiction de Marcus Ehning se poursuivait avec Prêt à Tout et l’allemand préférait en rester là après deux fautes du fils d’Hiram Chambertin dans le premier double et le triple. Néanmoins, cinq autres couples réussissaient à sortir de piste avec un score vierge. Olivier Philippaerts confirmait tout le talent d’H&M Legend of Love, alors que Steve Guerdat signait un magnifique sans faute pour le dernier Grand Prix de son meilleur ami Nino des Buissonnets. Carton plein pour les français Simon Delestre, Roger-Yves Bost et Kevin Staut qui rejoignaient leur compatriote féminine au barrage, respectivement associés à Qlassic Bois Margot, Sidney Une Prince et Rêveur de Hurtebise*HDC. Scott Brash ferme la marche des sans fautes après une nouvelle démonstration en selle sur Ursula XII.

Seize, c’est le nombre de barragistes qui allaient s’affronter sur la piste de Palexpo pour clore ce weekend en beauté. Le mur placé en cinquième position était le véritable juge de paix de ce barrage, tant en terme de tracé puisqu’il fallait effectuer un demi tour pour aller le sauter, qu’en terme de chronomètre puisque les centièmes se grappillaient à cet endroit. Premier à s’élancer, Niels Bruynseels montrait de nouveau toute la régularité de sa jument Cas de Liberté et établissait le premier chronomètre de référence : 40″52. Mésentente pour Martin Fuchs et son Clooney 51 avec un refus de celui-ci sur le mur, le jeune suisse étant obligé de descendre pour remettre le filet de son gris entrainant l’élimination du couple. Désillusion également pour son compatriote Niklaus Rutschi qui sort de piste avec douze points sur Windsor XV. C’est alors que Pedro Veniss allait mettre tout le monde d’accord en selle sur son bondissant Quabri de l’Isle et signait un majestueux sans faute en abaissant le chronomètre à 38″96. Derrière, alors qu’il restait douze couples, aucun d’entre eux n’arrivera à battre le brésilien qui leur avait mis la pression. Le jeune Olivier Philipparts prend la seconde place en 39″21 avec H&M Legend of Love. Dernier à s’élancer, Scott Brash devra se contenter de la troisième place puisque le britannique et son expérimentée Ursula XII passent la ligne d’arrivée en 39″41. Le français Kevin Staut échoue au pied du podium avec son fils de Kashmir Van Schuttershof. Alors qu’il entame sa tournée d’adieux, Casall Ask offre la cinquième place du Grand Prix à son pilote suédois, Rolf Göran-Bengtsson, juste devant Niels Bruynseels. Egalement double sans faute, Harrie Smolders termine septième avec son étalon Don VHP Z. Meilleure amazone de ce Grand Prix et également meilleure représentante de son pays hôte, Janika Sprunger et son excellente Bonne Chance CW se classent huitièmes avec le quatre points le plus rapide, la fille de Baloubet du Rouet fautant dès le numéro deux.

geneve2

Pedro Veniss s’adjuge donc aujourd’hui le mythique Grand Prix de Genève, succédant à deux autres brésiliens : Rodrigo Pessoa et Alvaro de Miranda. Une victoire enfin à la hauteur de son talent et à la hauteur du magnifique couple qu’il forme avec Quabri de l’Isle, étalon Selle Français qu’il monte depuis 2014.

Résultats complets

Photos ©️ CHI Genève

Vous aimerez peut-être